Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 08:49

Une ou deux  intercommunalités  sur le canton de Montfort l’Amaury, un territoire  qui se construira avec ou sans l’avis des communes, c’est aujourd’hui que sont fixés les règles.

 

yvelines carte-intercoDepuis de nombreuses années  cette intercommunalité n’a  pas été ressentie comme une nécessité. De vieux réflexes individualistes n’ont pas facilité les prises de conscience, mais plutôt enfermé nos territoires dans un certain  immobilisme. Beaucoup de questions sont restées en suspens, sans recherche de solution réelle,  voir ne pas y répondre, dans l’attente d’un  hypothétique accord  en applications des nouvelles règles …

 

En  2004, souhaitant une avancée et une maîtrise de leur territoire,  quelques  communes du canton de Montfort :  Beynes (7.611 habitants), Jouars-Pontchartrain (5.229 habitants), Neauphle-le-Château (3.028 habitants), Saint-Germain-de-la-Grange (1.862 habitants), Saulx-Marchais (822 habitants, Villiers-Saint-Frédéric (2.796 habitants), et Thiverval-Grignon (1.120 ha) du canton de Plaisir se sont associées  au sein de la communauté de communes de « Cœur d’Yvelines », communauté de 22.000 habitants. 

 

 

Un territoire de la taille du canton de Montfort l’Amaury !!

Après dix  ans d’attente, la finalité de ce futur territoire pourrait être de la taille du canton de Montfort l’Amaury, et pourrait ainsi rassembler  les communes « en discussion»  du Pays de Montfort  à la « Communauté de Communes  de Cœur d’Yvelines » créée il à sept ans.

Nous voilà revenu dix,  quinze ans en arrière, avec cette fois-ci la contrainte d’une décision imposée par l’Etat, quand à l’étendue de cette future  intercommunalité rurale.

 

Demain des intercommunalités planifiées  avec ou sans l'accord des communes.

« Pour mettre de l’ordre », dans le cadre de sa Réforme Territoriale, l’Etat souhaite organiser  son territoire et impose des dates butoirs.

 

C’est la Préfecture, qui sera chargée au niveau départemental  de fixer les nouvelles règles pour ces nouveaux  EPCI (Etablissement Public de Coopération  Intercommunale) et imposer ainsi  des territoires  « cohérents aux yeux de l’Etat » mais certainement pas aux yeux de nos territoires locaux ruraux.

C’est bien là une crainte qui contraindrait à faire avancer ce dossier.

 

Une Commission Départementale de Coopération Intercommunale (CDCI) doit  mise en place mars et juin 2011 (à la suite des  élections cantonales). Elle  arrêtera au plus tard  le 31 décembre 2011,  un  Schéma  Départemental  de Coopération Intercommunale (SDCI, avec avis des communes, syndicats, EPCI,…..

courant 2012, le schéma départemental  sera publié.

 

« A  défaut  d’accord  des  communes,  et  jusqu’au  1er  juin  2013, le  Préfet,  par décision motivée et après avis de la CDCI,  peut créer, modifier le périmètre ou fusionner des communautés ».

 

A suivre....

Partager cet article

Repost 0

commentaires