Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 12:59
L’agriculture  subit une très forte pression foncière due à la spéculation immobilière. De plus en plus de terres agricoles sont consommées pour nous permettre de nous loger, de circuler,....

srh_moisson_2008-07.jpgAu rythme de la disparition des terres agricoles et des exploitations au profit d'une urbanisation, d'ici 20 ans à 30 ans, serons nous à même (la France) de produire notre propre nourriture de base. Deviendrons-nous dépendant de la production d'autres pays qui intensifierons leur production, au risque d'en appauvrir leurs sols.
C'est une question majeure qu'il est bon de se poser aujourd'hui pour l'avenir de nos enfants. quelle société laisserons-nous ?


A la veille de grandes décisions :  la suspension voir l'abandon de certaines protections environnementales, l'ouverture d'enquêtes publiques sur le Schéma Directeur de la Région Ile de France, sur la révision de la charte du  PNR de la Haute vallée de chevreuse, les Opérations d'Intérêt National (2 en yvelines), les grands projets en cours, les prévisions d'une urbanisation qui prend au fil des ans sur le monde agricole, que représente ces consommations de terres agricoles au profit de l'urbanisation galopante....


75 000 ha /an

C'est la surface de terres agricoles consommées tous les ans, destinées à l'urbanisation est en constante progression , destinée à la  construction de logements collectifs, individuels, infrastructures routières, équipements collectifs, sportifs, zones commerciales, etc.

C'est toujours vrai en zone périurbaine, où il fait bon vivre, et où les villes et villages consomment de plus en plus d'espaces et cherchent à s'étaler. 

Pris séparément, quelques hectares sur une commune d'un millier ou de plusieurs milliers d'ha, cela représente  peu,  mais au fil des ans,  mis bout à bout c'est énorme.
Tous les dix ans, c’est la surface d’un département français qui passe du statut de terre agricole en terre urbanisée, essentiellement due à une urbanisation horizontale (lotissements, habitat individuel, zones commerciales…).

Concrètement, que cela représente-t-il en terme de données montfortoise et yvelinoise ?
75 000 ha  représente :
- 75 communes comme Saint-Rémy l'Honoré (commune périurbaine yvelinoise du canton de Montfort l'Amaury, de 1000 ha),
- ou 4 cantons comme celui de Montfort l'Amaury, qui sont urbanisé tous les ans.
- il faut 3 ans pour urbaniser un département de la surface des Yvelines (petit département).

2 fois plus de surfaces agricoles consommées par rapport aux années cinquante :
Dans les années 50, la consommation annuelle des terres agricoles s'élevait à environ 35 000 ha.
Sur les 50 dernières années,  il a été consommé l'équivalent de 300 années antérieures à 1950-60.

Et en Ile de France qu'en est-il ?
En Ile-de-France, 80% de la superficie est rurale, avec seulement 50% de terres agricoles.
De ces terres  agricoles 90 % sont céréalières, tenues par de grands exploitants, qui tiennent  les rênes des instances politiques et syndicales, des chambres d’agriculture, etc....

Les prix (bas) de l’hectare  vont de 4 à 10 000 € pour un terrain agricole; et de 100 à 150 000 € pour un terrain constructible, avec en certains endroits des prix disproportionnés à proximité des villes.
Cette écart de prix entraine inexorablement la disparition des terrains agricoles tant convoités. Les proriétaires terriens (agriculteurs ou non) ont ainsi trouvé une opportunité de "faire de l'argent", d'avoir une retraite meilleure en fin d'activité, etc...
Malheureusement, les communes et les collectivités territoriales connaissent des problèmes de spéculation, de corruption et de clientélisme.

A qui la faute :
- A l'Etat oui et non. L'Etat demande 60 000 logements par an pour la règion Ile de france, et impose des projets au travers des "porter à connaissance".
- Aux collectivités territoriales (les communes), qui gèrent leur propre urbanisation, sans cesse sollicités par leurs administrés, petits propriértaires terriens qui veulent à tout prix urbaniser, en profitant pécuniairement d'un bien hérité dont ils ne profitent pas, voir acquis par pur profit, sans oublier un certain clientèlisme local.

Localement en montfortois, quel avenir pour nos espaces agricoles qui disparaissent inexorablement :

- A l'aube de l'adoption du projet de Charte du PNR  de la Haute Vallée de Chevreuse, quels impacts, prescriptions, obligations pour nos communes du monfortois qui souhaitent intégrer ce nouveau périmètre.
- Un projet de Zone Agricole Protégé sur les Essarts et Saint-Rémy l'Honoré, en attente d'une hypothétique enquête publique, mis à mal par l'implantation de la futur A12, de la zone du Gros Chêne des Essarts, périmètre de protection des risques industriels de Coignières, etc... pourrait être repoussé voir soumis à une nouvelle étude.

Cela fera l'objet de  prochains billets.

Partager cet article

Repost 0

commentaires