Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 08:32

90% des sols artificialisés entre 2000 et 2006 proviennent de zones agricoles. L'artificialisation des sols s'opère aux dépens des terres agricoles, communique le Commissariat général au développement durable.

 

Une des conséquence environnementale, l’imperméabilisation des sols, compromet, définitivement, leur utilisation à des fins de production alimentaire ou non alimentaire.

Dans environ la moitié des régions françaises, les sols qui ont les meilleures potentialités agronomiques sont les plus touchés. À l’échelon national, ils représentent plus d’un tiers (34,8%) des surfaces agricoles artificialisées entre 2000 et 2006.

 

Ce sont les régions déjà très urbanisées comme  l’Île-de-France mais aussi le Nord – Pas-de-Calais, l’Alsace ..., qui poursuivent leur extension en consommant le plus  de terres agricoles à forte valeur agronomique.

 

L'artificialisation responsable de ce phénomène peut prendre différentes formes.

Zones urbanisées, industrielles ou commerciales, réseaux de communication, mines, décharges et chantiers, espaces verts urbains, sont les principaux consommateurs d'espaces quantifiables.

Ces espaces artificiels ont augmenté de 3% entre 2000 et 2006, soit 820 km² (82 000 ha), à raison de 90 % aux dépens d’espaces agricoles (745 km²).

 

Que représente 820 km² sur les Yvelines.

Prenons comme exemple notre canton de Montfort l'Amaury (Yvelines), d'une superficie de 194,22 km².

Ce serait l'équivalent d'une artificialisation représentant 4 cantons comme Montfort, soit approximativement 1/3 des Yvelines qui sont urbanisés en 6 ans.

 

Impacts d'une artificialisation :

Ces impacts  sont nombreux : perte de ressources naturelles et agricoles, fragmentation des habitats naturels par les infrastructures et entrave au déplacement de certaines espèces animales, imperméabilisation des sols et augmentation du risque d’inondation, dégradation des paysages…


L'imperméabilisation des sols a des conséquences environnementales importantes, l'actualité nous le rappelle très souvent : Une augmentation du ruissellement des eaux au détriment d'une l'infiltration, entraine une érosion des sols, générant des coulées de boueuses, des risques d'inondations....


En milieu urbanisé, un autre impact celui de nettoyer les sols imperméabilisés entrainant une concentration de produits nocifs, plus visible dans les zones d'extensions urbaines très consommatrices de sols cultivés, qu'il faut aménager en voiries et réseaux nécessaires à toute urbanisation. Ces mitages  intensifient le transfert de sédiments chargés de contaminants des sols vers les cours d’eau (engrais azotés ou phosphatés, hydrocarbures, métaux lourds, produits phytosanitaires).

 

sce Commissariat général au développement durable

 

sur la Gazette du Pays Montfortois :

article - 03/03/10 - L'Urbanisation, fléau des terres agricoles.

Partager cet article

Repost 0

commentaires